vendredi 25 décembre 2009

Emission de Noël

Bob Dylan: Must be Santa
Rocket 455: Santa ain't coming for Christmas
Zakk Wylde: White Christmas
Bing Crosby: White Christmas
Alice Cooper: Santa Claws is back in town
Eartha Kitt: Santa baby
Tim Ripper Owens: Santa Claus is back in town
Soledad Brothers: Hang my Star
Brian Setzer Orchestra: Jingle Bells
Elvis Presley: Santa bring my baby back
The Marcels: Don't cry for me this Christmas
Elvis Presley: Santa Claus is back in town
The Marcels: Merry Christmas
The Paperbacks: Let's get lit
Bob Dylan: Christmas Blues
Titus Turner: Christmas morning
James Brown: Sleigh ride
Bobby Womack: Christmas ain't just Christmas
Rufus Thomas: I'll be your Santa baby
BB King: Backdoor Santa
Otis Redding: Merry Christmas baby

vendredi 11 décembre 2009

Emission du 12 décembre

Bob Dylan: Jolene (2009)
Band of Skulls: Death by diamonds and pearls (sortie le 18/01/2010)
Them Crooked Vultures: New Fang (2009)
Beck, Bogert & Appice: Lady (1973)
Lou Rhodes: Falling down (jan 2010)
The Mondrians: I'm not everybody else (2009)
The Parlor Mob: My favorite heart to break (2009)
Guns N' Roses: Street of dreams (2008)
Grand Pa Jones: Turn your radio on (1960)
Milton Brown & his Musical Brownies: Crafton blues (1935)
Milton Brown & his Musical Brownies: Hesitation blues (1936)
W.M. Stepp: Silver Strand (1937)
Bob Wills: Brain cloudy blues (1946)
Bob Wills: Cowboy Stomp (1947)
Frank Zappa: The Gumbo variations (1967)

vendredi 4 décembre 2009

Emission du 5 décembre

Bob Dylan: Beyond here lies nothin' (2009)
Aeroflot: Lost en la cocina (2009)
Men Without Pants: Double life (2009)
Megafaun: The fade (2009)
Lynyrd Skynyrd: Gods and guns (2009)
The Weight are Men: Johnny's song (2009)
Rockridge Brothers: Lazy John (2009)
Creedence Clearwater Revival: Ramble Tamble (1970)
John Fogerty: Wicked old witch (2004)
John Fogerty: Long dark night (2007)
Van Morrison: Georgia on my mind (2002)
Roger la Rue: I don't care if the sun don't shine
Elvis Presley: Frankfort special
Roy Orbison: I like love
Buddy Holly: Bo Diddley
Bo Diddley: Who do you love
J.L. Lewis: Drinkin wine Spodee-O-dee
J.L. Lewis: In the mood

vendredi 27 novembre 2009

Emission du 28 novembre

Bob Dylan: Life is hard (2009)
Man or Astroman: Many pieces of large fuzzy
the Wankin' Noodles: Little Minotaur (2009)
Cage the Elephant: In one eat (2009)
Tim Buckley: Morning glory (1967)
Dead Combo: Sunny (2004)
Arctic Monkeys: Potion approaching (2009)
Mudhoney: I have to laugh (1998)
Captain Beefheart: Grown so ugly (1967)
Captain Beefheart: Click Clack (1972)
Jackie Wilson & Linda Hopkins: Nobody knows the trouble I've seen
The Birds: You don't love me (1964)
Graham Bond Organization: Strut around
Sugar & the Spices: Do the dog
Ronnie Branam: Puppy dog love
Billy Starr: Hound dog
George Mc Cormick: Don't fix up the Doghouse
Billy Boyd: She's doggin' me (1937)
Betty Nickell: Hot dog
Wanda Jackson: Hot dog! That made him mad
Del Raney's Umbrellas: Can your hossie do the dog
The Stooges: I wanna be your dog

samedi 21 novembre 2009

Emission du 21 novembre

Vers 14h15, 3 places à gagner pour The Horrors au Phare de Tournefeuille Lundi 23 avec Neimo et Factory Floor!


Bob Dylan
: It's all good (2009)
Superbutt: With nails (2009)
Sweet Head: Turned our backs (2009)
The Weight are Men: Like me better (2009)
Ramones: Ramona (1977)
The Obits: Light sweet crude (2009)
The Horrors: Do you remember (2009)
Bjorn Berge: Zebra (2009)
The Parlor Mob: Tide of tears
Little Anthony & the Imperials: Tears on my pillow
Wanda Jackson: Did you miss me
Laura Lee Perkins: Gonna rock my baby tonight
Misty Bonner: I can't sit still
Sara Lee: Jim Dandy
Anita O'Day: Rock and roll blues (1952)
Anita O'Day: How come
Anita O'Day: Yeah boo (1950)
Billie Holiday & Teddy Wilson Orchestra: Mean to me (1937)
Kansas City Six: Pagin' the Devil (1938)

vendredi 13 novembre 2009

Emission du 14 novembre

Madeleine Peyroux: Bare bones (2009)
Strung out: Betrayal(2001)
The Hormonauts: Stayin' alive (2008)
The Flare-Up: To kill a Puerto Rican (2009)
John Mellencamp: Break me off some (1998)
Megafaun: Kaufman's ballad (2009)
Hell's Kitchen: 25's (2009)
The Parlor Mob: Carnival of crows (2009)
Alice Cooper: Generation landslide (1973)
The Journeymen: Workout
Sonny Fisher: Rockin' daddy
Lucky Joe Almond: Rock me
Lou Graham: Long gone daddy
Elvis Presley: Baby let's play house
The Fendermen: Muleskinner blues
Jimmie Rodgers: Blue yodel n°8 (1929)
Bobby Peterson Quintet: Mama get your hammer
Louis Jordan: My baby said yes
Little Richard: Get rich quick (1951)
The Orioles: Crying in the chapel (1952)
Black Joe Lewis & the Honey Bears: Humpin (2009)

vendredi 6 novembre 2009

Emission du 7 novembre

Madeleine Peyroux: River of tears (2009)
Arctic Monkeys: Crying lightning
We Were Promised Jet Packs: It's thunder and it's lightning
Hello=Fire: Mirror each other
Buzzcocks: Love battery (1978)
Madeleine Peyroux: Hey sweet man (1996)
The Young Republic: Balletesque
The Flare Up: Put in a letter
The Obits: Two headed coin
The Swanks: Ghost Train
Bob Wills: Mean Mama blues (1936)
Sammy Masters: Pink Cadillac (1956)
L.C. Smith & his Southern Playboys: Radio boogie
Madeleine Peyroux: Weary blues (2004)
The Weight are Men: Closer than a friend
Boots Woodall: Rattle snakin' daddy (1947)
Hi-Flyers: Reno street blues (1941)
Hank Williams: Mind your own business
Madeleine Peyroux: La Javanaise (2006)

dimanche 1 novembre 2009

Big Joe Turner (sixième partie)

Shake, Rattle and Roll

Mais c'est la séance du 15 février 1954 qui restera gravée dans les mémoires (et sur vinyle) avec ces trois morceaux: "Well Allright" (co-écrite par Charles Calhoun, Ahmet Nugetre et Gerry Wexler), "In the evening -when the sun goes down" (écrite par Leroy Carr) et "Shake, Rattle and Roll" (écrite par Charles Calhoun -Jesse Stone de son vrai patronyme, qui ne pouvait pas, à ce moment, contractuellement, signer de son nom véritable.). Jesse Stone est au piano (il écrit et arrange pour Atlantic "Money Honey" par les Drifters, "It should have been me" par Ray Charles, etc...), Mickey Baker à la guitare et les choeurs sont tenus par Ahmet Ertegun (inversez le nom, pour voir!!), Jerry Wexler et Jesse Stone. "Shake, Rattle and Roll" restera sept mois en tête des charts Rythm and Blues (une expression inventée par Jerry Wexler en 1949 quand il travaillait au Billboard, pour remplacer la catégorie "Race Records"): c'est l'heure de gloire pour Big Joe Turner. La version expurgée de toute connotation sexuelle, enregistrée par le yodeleur hillbilly Bill Haley, sera un plus grand succès commercial, en partie grâce à son passage en générique du film "Blackboard Jungle", tiré du bouquin d'Evan Hunter, alias Ed Mc Bain.

Big Joe enregistrera la suite de "Shake, Rattle and Roll" dans le même style: "Flip, Flop and Fly", "Hide and Seek", "Morning, noon and night", "Corrine, Corrina" et "Lipstick, powder and paint" (il apparaitra en 1956 dans le film du même nom).
Pete Johnson et lui sortiront "The boss of the Blues", album de leurs vieux morceaux favoris mais Pete manque de succomber à une crise cardiaque qui le laissera en dehors de la musique jusqu'en 1967, où il participera à quelques concerts en compagnie de son pote, avant de décéder en mars 67.

Joe Turner traversera les années 60 et 70 à la faveur de quelques revivals et hommages rendus, plus particulièrement en Europe.
Mais le coureur (il eut plusieurs femmes, une seule à la fois, rassurez-vous!), flambeur et gros buveur, à force de brûler la chandelle par les deux bouts, casse sa pipe en 1987 (d'une défaillance rénale), laissant sa dernière épouse sans un sou, endettée et incapable de payer son enterrement. C'est Ahmet Ertegün qui payera cette dernière représentation et qui, après avoir re-calculé le montant des royalties dues et des rééditions de disques, reversera pas mal d'argent pour d'autres artistes noirs dans le besoin, créant même une fondation pour aider les musiciens de rythm and blues dans le besoin.

dimanche 25 octobre 2009

Big Joe Turner (cinquième partie)

Jumpin' Tonight

Début 1950, Big Joe Turner tourne au gré des contrats dans des clubs de Louisiane -Bâton Rouge et la Nouvelle Orléans- où il fait la connaissance de Frank Fania, propriétaire du New Drop Inn, qui l'embauche pour jouer dans son club ainsi que dans d'autres endroits. C'est tout naturellement que Big Joe Turner entre en contact avec Dave Bartholomew dont il adorait l'orchestre, ne manquant presque jamais leurs concerts.
Ils enregistreront deux singles pour le label Imperial, l'orchestre de Dave Bartholomew étant le groupe de sessions d'enregistrement attitré du label. "Jumpin' Tonight"/"Story to tell" ainsi que "Lucille"/"Love my baby" avec un certain Antoine "Fats" Domino au piano, seront néanmoins des échecs commerciaux cuisants. Big Joe va continuer à tourner, avec Lowell Fulsom et Pee Wee Crayton entre autres, puis remonte vers le nord.

C'est dans le nord que la carrière de Big Joe Turner va l'amener à son plus haut niveau de gloire à la faveur du contrat qu'il signe avec le label Atlantic des frangins Ertegun.
Comme Jimmy Rushing venait de quitter l'orchestre de Count Basie, celui-ci engage Big Joe pour une série de concerts à l'Apollo Theatre de Harlem mais le courant ne passe pas entre eux. Ertegun, qui connaissait Big Joe depuis les séances du Café Society, l'engage et Big Joe enregistrera régulièrement:
"Chains of Love", "Bump Miss Suzie", "Sweet Sixteen", "Poor lover's blues", "Still in love with you" en 1951 et 1952 avec "Piano man" Walls, Taft Jordan, Joe Morris et d'autres.

1953 le voit enregistrer "Honey Hush" et "Crawdad hole" avec Pluma Davis, Fats Domino puis "Oke-she moke-she pop" et "TV Mama" avec les Blues Kings comprenant Elmore James, Johnny Jones et Red Saunders.

vendredi 23 octobre 2009

Emission du 24 octobre

The Flare-Up: Tu kill a Puerto Rican
The Love Me Nots: The kinda love I got
Plasticines: Another kiss
Donnas: You make me hot (2009)
Donnas: You wanna get me high (2002)
Pearl Jam: Amongts the waves (2009)
Budam: Clap hands (2009)
Hell's Kitchen: Welcome Everybody (2009)
Bjorn Berge: Killing floor (2009)
The Experimental Tropic Blues Band: Goddamm blues
The Experimental Tropic Blues Band: Hippidy Hop
The Five Keys: Ling Ting Tong (1954)
The Coasters: Riot in cell block #9 (1954)
The Dubs: Don't ask me to be lonely (1958)
The Marcels: Allright, Okay, You win (1961)
Johnny Otis & the Robins: I'm through (1950)
Johnny Otis & Linda Hopkins: Doggin blues (1951)
Nellie Lutcher: Fine & Mellow (1947)
L. Armstrong & B. Holiday: My sweet hunk o'trash (1949)

dimanche 18 octobre 2009

Big Joe Turner (quatrième partie)

My gal's a jockey

Le contrat avec Decca expire fin 1944 et voilà Big Joe Turner, qui avait laissé son pote de toujours, Pete Johnson, suivre son chemin de son côté, qui signe avec National Records dès le début de 1945.
La première séance d'enregistrement pour ce label est dirigée par Herb Abramson qui, parallèlement, poursuit ses études à l'université de New York en vue de devenir dentiste. Sont présentes de vieilles connaissances telles que Frankie Newton à la trompette, Carlos "Don" Byas au ténor sax, Leon Ware à la guitare, pour graver "S.K. blues" (pour Saunders King, compositeur du morceau), "Johnson and Turner blues", morceau qui signe les retrouvailles en studio des deux compères, ainsi que "Watch that jive". Turner enregistrera sept singles pour National Records jusqu'en 1947. Un seul sera vraiment un hit: "My gal's a jockey".

National Records le laisse partir pour Alladin, un label indépendant basé à Los Angeles, sur Santa Monica boulevard, créé par les frères Eddie et Leo Messner, qui avaient d'abord appelé leur label Philo, avant d'en changer le nom en 1946. Ce label, jazz à l'origine, comptait dans ses rangs des artistes tels que Illinois Jacquet, Lester Young, Jay McShann et Billie Holiday mais passa, avec le changement de nom, à des artistes jump-blues tels qu'Amos Milburn ou Charles Brown qui avait quitté les Three Blazers de Johnny Moore en 1948.
Pendant un séjour à San Francisco, Big Joe Turner, toujours sous contrat avec Alladin, enregistrera "Around the clock blues" pour le label local Stag sous le nom de Big Vernon, avec Pete Johnson au piano (Vernon est son second prénom, rappelez-vous!). Mais malgré le rythme soutenu des sessions d'enregistrement, malgré l'arrêt de ceux-ci pendant 11 mois en 1948, encore une fois à cause de J.C. Pétrillo, Big Joe Turner vivotera, de contrats sur scène en contrats avec différents labels, enregistrant pour un label et vendant les enregistrements à un autre.

En 1947 sort "Battle of the blues", un duo avec Wynonie Harris, qui permetta à celui-ci de mettre un terme à son contrat avec National quelques mois avant Big Joe, qui, lui, sortira "Wine-o-baby", "Old Piney Brown is gone" et "Radar blues", entre autres, pour Swingtime.
Après MGM pour sa série "Ebony", ce sera la tournée des petits labels tels que Coast ("Born to gamble") fin 1948 et Excelsior début 1949 ("I don't dig it" et "Ooh Ouch Stomp") pour la côte ouest. La Louisiane du label Rouge (situé à Bâton Rouge, quelle originalité!) verra Joe Turner avec Joe Houston graver "Wish I had a dollar" et "Fuzzy Wuzzy honey". Puis un peu plus tard, fin 1949, direction le Texas et son label Freedom appartenant à Saul Kahl (qui lâchera le business de la musique pour investir son argent dans Shipley's Donuts). Cinq singles sortiront dont le premier, "Still in the dark", couplé avec "Adam bit the apple", connaitra un petit succès local, le système de distribution ne permettant pas une plus sérieuse répartition au niveau national.

dimanche 11 octobre 2009

Big Joe Turner (troisième partie)

Rock me Mama

Joe Turner signe chez Decca et enregistre le 11 novembre 1940 "Piney Brown Blues" avec le Hot Lips Page band (Don Bass au ténor, Pete Johnson au piano). Piney Brown était le manager du Sunset Club de Kansas City. Le disque se vendra à plus de 40000 exemplaires à sa sortie sous le nom "Joe Turner and his Fly Cats".

Pendant son contrat avec Decca, Joe Turner va enregistrer avec différents orchestres, accompagné par Willie "The lion" Smith au piano fin novembre 40, Art Tatum and his band en janvier 41 puis en juin pour "Lucille", "Rock me Mama", "Corrine, Corrina" et "Lonesome graveyard blues", Sam Price et Leon Ware en juillet pour "Nobody in mind" et "Ice man". Après ces sessions new-yorkaises, il s'envole pour Los Angeles, enrôlé par Duke Ellington qui produisait une revue "Jump for joy" sous-titrée "A sunTanned Revu-sical" au Mayan theatre de L.A.
Outre l'orchestre de Duke, le spectacle comprenait également l'actrice Dorothy Dandridge, l'acteur Wonderful Smith et le poète Langston Hughes. Cette revue entièrement black avait pour objectif de démonter les stéréotypes concernant les spectacles et revues de "couleur" en vogue à Broadway et Hollywood. Du 10 juillet au 27 septembre, ce spectacle sera l'un des premiers à semer les graines de ce qui deviendra, près d'une décennie plus tard, le mouvement pour les droits civiques. Et concernant Joe Turner, ce spectacle lui permit d'admirer celle qu'il adulait, Ethel Waters, qui jouait dans le théâtre d'à côté le classique de Broadway "Cabin in the sky".

Fin 1941 voit l'entrée en guerre des Etats-Unis . Big Joe Turner (car c'est à cette époque que Joe commence à se faire appeler Big Joe Turner) travaillera jusqu'à la fin des hostilités, enregistrant à Los Angeles avec Freddie Slack, se produisant sur scène quand l'interdiction d'enregistrer, initiée par James Caesar Petrillo, président du syndicat américain des musiciens, fut effective du 1er août 1942 à la presque fin de l'année 1943.
Mais toutes les compagnies avaient fait enregistrer à leurs artistes suffisamment de disques pour tenir durant cette période qui s'avéra très faste en terme de ventes, car le public avait besoin de distractions en cette période de guerre.

vendredi 9 octobre 2009

Emission du 10 octobre

NB: entre 14h et 15h, des places à gagner pour le concert de Charlie Winston (mercredi 14/10 au Bikini)

Phantom feat. Lio
: Ta cervelle est en grève mais ta grande gueule fait des heures sup' (12 octobre)
Plasticines: Bitch (9 novembre)
Scary Mansion: Over the week end (26 octobre)
Emily Jane White: Baby
Radio Moscow: 250 miles
The Parlor Mob: Dead wrong
Lynyrd Skynyrd: Southern ways
The Young Republic: Black duck blues (12 octobre)
Eamon McGrath: Cord of dogs (6 octobre)
Experimental Tropic Blues Band: Hipidi Bop
Mel Robbins: Save it
Cramps: Save it
Dean Carter: Jailhouse rock
Phil Gray: Bluest boy in town
Kip Taylor: Jungle hop
The Musical Linn Twins: Indian rock
Roy Brown: Mr Hounddog's in town (1953)
Roy Brown: Good rockin' tonight (1947)
Roy Brown: Caldonia's wedding day (1953)
Roy Brown: Hard luck blues (1950)

dimanche 4 octobre 2009

Big Joe Turner (deuxième partie)

Roll'em Pete

Pete Johnson et Joe Turner passent quelques mois à New York à partir de l'été 36, Hammond leur ayant trouvé un contrat au Famous Door ainsi qu'un concert à l'Apollo Theatre. Mais le retour à Kansas City est terrible car leurs rêves de gloire sont tournés en dérision par leurs proches. Vivotant tant bien que mal au Sunset Club, Joe Turner et Pete Johnson se contentent de quelques gigs çà et là. 1938 est une année charnière pour Joe et pour Kansas City.
Tom Pendergast, leader du parti démocrate à Kansas City depuis 1910, maire "off" de la ville , complètement corrompu, à la tête d'un réseau rassemblant magistrats, flics, businessmen, bref, tout le gratin, tombe pour corruption et fraude fiscale.

En mai 1938, Joe et Pete sont invités, par l'entremise de John Hammond, à participer au Benny Goodman's Camel Show, émission de radio qui cartonne. Plus tard dans l'année, Hammond les invite aux concerts "Spirituals to swing" des 23 et 24 décembre 1938 au Carnegie Hall de New York. Hammond voulait populariser la musique noire et présenta à cette occasion un large spectre -blues, boogie, rythm'n'blues, jazz- incarné par le Count Basie Orchestra, Albert Ammons, Meade Lux Lewis, le Golden Gate Quartet et Rosetta Tharpe, Ida Cox et Helen Humes.
Robert Johnson aurait dû être de la partie mais sa mort violente plus tôt dans l'année dans le Mississipi l'empêcha de participer à l'événement. Il fut remplacé par Big Bill Broonzy.

Ces concerts seront déterminants pour la carrière de Joe Turner; lui et Pete Johnson sont logés dans le même hôtel que Meade Lux Lewis et Albert Ammons, pianistes reconnus de boogie woogie (mais pas que!). Ils fraternisent et créeront les Boogie Woogie Boys. Turner se voit proposer un contrat et enregistre son morceau fétiche "Roll'em Pete" couplé avec "Going away blues" le 30 décembre 1938.

Le feu d'artifice continue dès le début de l'année 1939. Un vendeur de chaussures du New Jersey (Barney Josephson) investit quelques milliers de dollars, associé à Benny Goodman et Willard Alexander, et ouvre le Café Society à New York, dans Greenwich Village. Le Boogie Woogie Trio avec Joe Turner fait l'ouverture du Café Society le 4 janvier en compagnie de l'orchestre de Francis Newton et de Billie Holiday ("Joe Turner just killed them" dit-elle dans "Lady sings the blues").

Joe Turner jouera jusqu'en 1941 de manière régulière au Café Society. Lui qui gagnait (officiellement) 3$ par soirée au Sunset Club de Kansas City voit son salaire grimper de 40$ la semaine à 250$. Durant cette période, il enregistre, lors de nombreuses sessions, des morceaux tels que "Cherry Red", "Café Society rag", "How long how long blues" avec l'orchestre de Benny Carter comprenant Coleman Hawkins au ténor sax, "Joe Turner blues", "écrit" par W.C. Handy (et déjà enregistré au milieu des années 30 par Milton Brown).

samedi 3 octobre 2009

Madeleine Peyroux

Madeleine Peyroux - Bare Bones - Decca

Après "Dreamland" (1996), "Careless Love" (2004) et "Half the perfect world" (2006), soit trois albums excellents, sans faute de goût, Madeleine Peyroux nous gratifie là d'un "Bare Bones" tout simplement jouissif.

Pas d'exercice de style sur des reprises du répertoire classique de la chanson française ou des standards de la musique américaine mais onze compositions qui démontrent si besoin était que Madeleine Peyroux a atteint (c'était déjà le cas sur quelques compositions antérieures) une maturité, une plénitude qui rendent ce disque magnifique.
Aidée par un groupe de musiciens habiles, fidèles depuis des années (surtout depuis "Careless love") la mayonnaise prend si bien qu'on a peine à dégager un morceau du lot, tant l'excellence est au rendez-vous.

Très fortement recommandé.

Site officiel.

(en concert à Toulouse le 9 novembre)

vendredi 2 octobre 2009

Lynyrd Skynyrd

Lynyrd Skynyrd - "God and guns"

C'est un sentiment contrasté qu'inspire l'écoute de ce nouvel album de Lynyrd Skynyrd. Étant donné les changements de line-up imposés par des décès des membres originels, on a pu assister à la mutation de ce groupe de rock sudiste mythique puis à sa désagrégation pendant les années 80-90.
Ils sont de retour, en 2009, avec un seul rescapé des origines, Gary Rossington, dernier des mohicans, épaulé par Johnnie Van Zandt, petit frère de la figure emblématique du groupe, Ronnie, explosé dans un crash d'avion en 1977.

Sentiment contrasté parce-que musicalement, c'est toujours un bon vieux rock sudiste digne des meilleurs morceaux de Lynyrd Skynyrd, mais en ce qui concerne les paroles, ça se gâte un peu.
Me faisant l'avocat du diable, je dirai que sudiste un jour, sudiste toujours, avec en plus un 11 septembre qui a laissé énormément de traces, même dans des endroits où New York est méprisée, honnie, considérée comme une cosmopolite débauchée.
Car, et c'est flagrant sur les titres qui nous parlent du bon vieux Sud, de ses traditions et des pionniers, ce patriotisme exacerbé ne trouve même pas de second degré, de distance. Plein la gueule et si t'es pas heureux, retourne dans ton pays. Écouter "This ain't my America" ou la chanson-titre "God and Guns" donne envie de se procurer l'instrumental pour ne pas avoir à se fader ces ritournelles bouseuses qu'on croyait en bonne voie de disparition. Mais, et c'est vrai dans d'autres domaines que la musique, les fondamentalistes ne baissent jamais les bras, alors prenez ce disque pour ce qu'il est, un bon Lynyrd Skynyrd qui fait regretter le bon vieux temps de Ronnie, d'Allen et des autres.

Et comme thème sous-tendu dans pas mal de chansons de l'album, "C'était mieux avant", apprécions la mise en abîme que provoque "God and Guns".

mercredi 30 septembre 2009

Alex Grenier

Alex Grenier - "Boomerang"

Si d'habitude, et surtout poussé par l'entourage, le guitariste en herbe se tourne plus volontiers vers un style de musique qui a très fortement contribué à magnifier l'instrument guitare (rock, métal, etc), Alex Grenier a choisi une voie autrement plus casse-gueule.

Jazz-funk, blues dont les inspirateurs pourraient être Wes Montgomery, Ronny Jordan ou encore BB King, ce disque rappelle aussi US3 à la sauce instrumentale.
Autour de la guitare, une section de cuivres efficace (trompette, sax ténor et baryton) et un dj scratcheur accompagnent les mélodies et solos de guitare d'Alex Grenier très efficacement en un groove qui prend dès le premier morceau "This way" pour ne plus lâcher avant le dernier pour la route "Boomerang".

Il y a une alternative aux musiques dominantes sans pour autant tomber dans une chapelle intégriste, c'est une des raisons pour se jeter sans délai sur ce disque excellent.

Site officiel

lundi 28 septembre 2009

Megafaun

Megafaun - "Gather, form and fly" - Crammed Discs

Trois barbus du Wisconsin (eux, au moins, ne risquent pas de se faire emmerder dans les aéroports, quoique!) délocalisés en Caroline du Nord sortent leur premier album (après un premier, inédit en Europe) et c'est une claque assez énorme.

Pour synthétiser, on pourrait parler d'émo-folk à tendance musique concrète, mais mieux vaut se laisser bercer par ces chansons folk dissonantes , ces instrumentaux expérimentaux qui rapprochent Megafaun du courant opéré par Akron Family entre autres.

Très fortement recommandé.

Site officiel

dimanche 27 septembre 2009

Big Joe Turner (première partie)

Dans la liste des musiciens injustement délaissés par les critiques, oubliés des tablettes, voire, méprisés par l'intelligentsia musicale inrockuptible, le gros Joseph Vernon Turner a certainement une place de choix. Si son heure de gloire fut occultée au profit d'un ex-disc jockey blanc passé à la country yodelisante puis aux prémisses de ce qui a été appelé rock n' roll (Bill Haley l'opportuniste) , sa carrière mérite un hommage autrement plus sérieux que quelques parenthèses ou annotations servies pour faire mousser un texte et son auteur.


Kansas City, Missouri


Joseph Vernon Turner naît le 18 mai 1911 dans une famille sans aucune tradition musicale, contrairement à la majorité des musiciens jazz, blues ou country, qui commencèrent très jeunes, aidés ou poussés par un ou des parents qui pratiquaient déjà un instrument.

Heureusement, son beau-frère, Charlie Fisher, est pianiste et joue dans des bars locaux. A l'époque, Kansas City est, pendant les années de Prohibition, presque l'égale de Chicago dans le Midwest en ce qui concerne l'alcool, les femmes et le jeu. Mais ce sont surtout les grands noms qui y passèrent, s'y installèrent, durant cette période, qui firent de Kansas City une place forte de la musique, un terreau pour les évolutions du jazz et des artistes.

Et si c'est Charlie Fischer, qui essayant ses nouvelles chansons sur le piano des Turner, a allumé l'étincelle dans les yeux et les oreilles de Joe, ce sont le hasard et la nécessité qui l'ont poussé à monter sur scène. Le père de Joe meurt lorsqu'il a 15 ans: il est alors obligé de travailler et va de petits boulots en petits boulots (cireur de chaussures, vendeur de journaux, cuistot d'hôtel, comme son défunt père). Sa passion pour la musique lui vient également des disques qu'il écoutait à la maison, en particulier Bessie Smith, Clarence Rand et celle qu'il vénérait entre tous: Ethel Waters.

A l'âge de seize, dix-sept ans, il se met à fréquenter le Backbiter's Club pour écouter Pete Johnson, pianiste de boogie woogie. Lui qui n'avait alors chanté que dans la rue avec des potes armés d'instruments rudimentaires (vieux banjo rafistolé, cruche (jug), tuyaux de gaz semi bouchés) franchit le pas de porte du Backbiter's Club, aidé par son beau-frère qui y était également videur et par une moustache dessinée sur son visage avec l'eye-liner de sa mère pour paraitre plus vieux (l'âge légal pour entrer en boite est fixé à 20 ans) et après s'être plusieurs fois fait rembarrer par les musiciens, il réussit à monter sur scène pour chanter quelques blues qu'il avait expérimenté dans la rue.

La mayonnaise prend et il se voit offrir, à 18 ans, un contrat pour chanter tous les week ends.
De 1929 à 1933 (fin de la Prohibition), Turner et Johnson vont tourner à Kansas City au Black & Tan, où Turner officiera également comme barman et bootlegger. Puis ce sera au Cherry Blossom et au Sunset Club. Le Sunset Club était l'endroit où jouait également l'orchestre de Count Basie, ainsi que Coleman Hawkins, Ben Webster, Lester Young, pour des jams qui duraient toute la nuit, pavant la voie pour d'autres évolutions du jazz qui ne nous regardent pas (pour l'instant!). Turner et Johnson, ainsi que le batteur Murl Johnson, tournèrent dans le Midwest après la fin de la Prohibition, passant par St Louis, Omaha et même Chicago. C'est en 1936 que John Hammond qui voulait embaucher Count Basie propose à Joe Turner de monter à New York.

dimanche 20 septembre 2009

Menestrel (4ème partie)

Tout au long de cette histoire de la culture propre à l'Amérique, on se rend compte de l'influence prépondérante, essentielle, des Noirs (Nègres!), esclaves arrachés à leur Afrique natale.
Et si les Indiens (Native Americans) ont été longtemps les premiers esclaves forcés à travailler dans les plantations, afin d'éviter toute forme de rébellion on déportait les hommes vers les Antilles britanniques (la Jamaïque en premier lieu) pour les "former". Les esclaves noirs qui les remplaçaient étaient mariés de force aux Indiennes restées seules.

A la différence des Espagnols, les Anglais et les Américains ne faisaient pas la différence entre Native Americans et Negros. Il n'y avait que des "darkies", puis "black", puis "coloured people", sans oublier le précité "negro".
Tout ceci était particulièrement effectif dans la vallée du Mississipi. Et ainsi, les blancs américains essayèrent de se forger une culture propre, mélange de traditions ramenées de leurs propres pays européens d'origine respectifs (France, Angleterre, Allemagne, Irlande...) tout en lorgnant sur et en assimilant ce qu'ils avaient sous les yeux, mélange de condescendance, de dérision, de vanité mais aussi de secrète admiration (le fameux préjugé des noirs bons danseurs!!!).

Stephen Foster, né à Pittsburg, compose "Swannee River" alors qu'il n'a jamais mis les pieds dans le Sud, Albert Yoelson (Al Jolson) chante le "jazz" dans le premier film parlant, Gerswhin compose une comédie musicale "black" (Porgy and Bess), Sam Philips cherche et trouve le blanc qui chante comme un noir et Eminem se fait des couilles en or avec la musique importée des ghettos blacks, musique qui trouve d'ailleurs ses racines et ses précurseurs en Jamaïque (Tiens! Tiens! Voilà une courbure espace-temps qu'Einstein n'avait pas prévue).

Maints interviews, articles, livres nous rappellent l'influence des "immigrés de force" sur la culture américaine. Dans "L'histoire du Jazz", Marshall Stearns écrit que "le Ménestrel a une énorme importance dans l'histoire du Jazz parce-qu'il fut un moyen de propager la culture noire américaine. Il servit d'introduction au public blanc qui se divertissait grâce aux danses, aux chants et aux histoires nègres. Le Ménestrel éduqua l'oreille blanche, pava le chemin qui menait à la musique de jazz".

C'est dans la dernière décade du XIXème siècle que le ménestrel blackface et le jazz commencent à se mêler car c'est le terreau dans lequel vont pousser, grandir, faire leurs classes, tous les précurseurs.
Les Rabbit Foot Minstrels deviennent Ma & Pa Rainey Rabbit Foot Minstrels, les Georgia Minstrels compteront dans leurs rangs nombre d'artistes de la Nouvelle Orléans, un des berceaux du Jazz.
W.C.Handy avec les Mahara's Minstrels, Clarence Williams, Jelly Roll Morton chez les McCabe & Young Minstrels en 1910, James P. Johnson, Bunk Johnson, Hot Lips Page, Lester Young (the Prez!) et beaucoup d'autres fourbiront leurs armes chez les ménestrels, pour, involontairement et à cause de la compétition/concurrence du vaudeville, des cabarets et du jazz, provoquer la chute du ménestrel.

En guise de conclusion (provisoire), Louis Jordan dans "Honkers ans Shouters" : Il n'y a rien que l'artiste blanc ait inventé en terme de jazz ou même de divertissement. le rock n' roll n'a pas été le mariage entre le rythm n' blues et la country & western. Ça, c'est de la publicité de blanc. Le rock n' roll était seulement une imitation blanche, une adaptation blanche du rythm n' blues nègre."

dimanche 13 septembre 2009

Menestrel (3ème partie)




Les blackfaces noirs:

S'il était communément admis que les troupes de ménestrels étaient le fait des blancs au départ, l'abolition de l'esclavage permit également l'essor de groupes noirs qui sacrifiaient aux mêmes méthodes que les blancs quant à l'utilisation du bouchon de liège brûlé.
William Henry Lane, sous le nom de Master Juba, natif de New York, fut même qualifié par Charles Dickens (celui d'Oliver Twist) de "plus grand danseur connu" en 1842. Il mourrut 10 ans plus tard à Londres.

Il faut attendre 1865 (fin de la guerre de Sécession) pour voir débuter le premier groupe noir de ménestrels, les Georgia Minstrels, groupe d'anciens esclaves formé à Mâcon, Georgie. A la fin de la même année, on pouvait voir au moins trois groupes noirs portant le nom de Georgia Minstrels. Pour se distinguer des troupes de ménestrels blancs, il devint courant pour les noirs d'adopter l'appellation Georgia Minstrels.
Après la guerre, beaucoup de noirs blackface apparurent et purent gagner leur vie:
Sam Lucas (1840-1916): né de parents libres en Ohio, se lance dans le ménestrel en 1869 et devint le premier artiste noir à se voir attribuer le rôle principal dans un film, jouant Tom dans la 7ème version cinématographique de "La case de l'oncle Tom" en 1914.

Billy Kersands (1854-1915): né à New York, il dirigeait sa propre troupe, les Billy Kersands' Minstrels, et fut dans les années 1870-1880 l'artiste noir le mieux payé, aussi populaire auprès des noirs que des blancs.

James A. Bland (1854-1911): né à New York dans une famille libre, il grandit à Washington et intègre les Haverly's Coloured Minstrels où jouaient également Lucas et Kersands. Il composa des chansons qui deviendront des classique du ménestrel tel que "Carry me back to old Virginny". Il meurt néanmoins dans la misère à Philadelphie. Une de ses compositions fut adaptée en 1940 comme chanson officielle de l'état de Virginie.

Une troupe noire basée dans le Mississipi, la Rabbit Foot Company, rebaptisée Rabbit Foot Minstrels, fournit nombre d'artistes qui devaient plus tard émerger en solo, mais dans un registre différent du ménestrel: parmi les plus connus, Ma Rainey, Ida Cox, Bessie Smith, Louis Jordan, Skip James, Rufus Thomas, ainsi que de nombreux artistes de blues tels que Furry Lewis, Jim Jackson, Big Joe Williams, Louis Armstrong.

Le ménestrel blackface connut dont son âge d'or de 1843 jusqu'en 1875, date à laquelle le vaudeville comment à le supplanter.
De 1895 jusqu'à 1930, la fin du ménestrel se caractérise par la difficulté grandissante que rencontraient les troupes à trouver des engagements pour leurs spectacles, appauvrissement qui permet au parent pauvre du blackface, le medicine show, de faire survivre de nombreux artistes, mais également de mettre le pied à l'étrier des petits jeunes qui plus tard, dans les années 30, allaient donner naissance aux formes musicales qu'on connait aujourd'hui: le blues, la country et le folk.

Bibliographie sélective (très sélective!):

- Blackface: au confluent des voix mortes, de Nick Tosches, Editions Allia, 2003
un livre basé sur l'histoire d'Emmet Miller mais qui décrypte bien l'ensemble du mouvement blackface.

- Peaux blanches, Masques noirs, de W.T. Lhamon Jr, Editions Kargo & l'Eclat, 2008
Ouvrage très érudit, mais très documenté. Le titre anglais est plus explicite: "Raising Cain: Blackface performance from Jim Crow to Hip Hop".

dimanche 6 septembre 2009

Menestrel (2ème partie)

(Stephen Collins Foster)



Les Ethiopiens
:

La date du 6 février 1843 marque le début de l'âge d'or du ménestrel blackface avec le spectacle donné au Bowery Amphitheatre de New York par les "Virginia Minstrels" de Daniel Decatur Emmett (1815-1904). Ce groupe ne tient même pas une année, se séparant après une tournée en Angleterre, pays où le succès du blackface fut immédiat et perdurera même après le déclin du genre en Amérique.
A la même époque, d'autres formations précédèrent ou emboitèrent le pas des Virginia Minstrels, qui n'étaient même pas les premiers à s'appeler comme ça. On peut voir les Ethiopian Serenaders aussi connus sous le nom de Boston Minstrels, les Congo Melodists qui deviennent les Buckley's New Orleans Serenaders. La même année, la publication à Boston de "The Celebrated Negro Melodies, as sung by the Virginia Minstrels" assoit et répand la renommée de la bande de Dan Emmett.
Un an plus tard, en 1844, les plus connus sont les Christy's Minstrels à New York. Les Kentucky Minstrels et les Ring and Parker Minstrels jouent également à cette époque, mais Daniel Emmett restera dans les mémoires grâce à sa longue carrière autant qu'à son talent artistique. Mais le premier américain à gagner sa vie en écrivant des chansons fut Stephen Collins Foster, de Pittsburgh. Il écrit sa première chanson à l'âge de 18 ans. 3 ans plus tard, "Oh Susannah" (1847) est popularisé à Pittsburgh par des troupes locales de blackface comme les Sable Brothers.
Edwyn Christy, fondateur des Christy's Minstrels dont le spectacle à New York bat tous les records, intègre la chanson à son répertoire, suivie par beaucoup d'autres plus tard.
Foster écrivit plus de 150 chansons dont certaines sont restées dans la mémoire collective des musiciens et des spectateurs durant de nombreuses décennies, donnant des classiques encore repris de nos jours, non sans une certaine connotation ou interprétation que renierait certainement Foster, anti-esclavagiste reconnu. (L'abolition de l'esclavage est effectif depuis un édit new yorkais de 1799. Mais cette liberté relative ne concernait que les affranchis ou les descendants d'esclaves; il faut attendre 1827, l'époque où Dixon, Rice et d'autres développent le genre blackface, pour que l'abolition concerne tous les esclaves de l'état de New York).
Ces classiques écrits par Foster sont tellement nombreux qu'il faudrait plus de pages pour tous les citer: "The old folks at home" qui devint la chanson "Swannee", "My own Kentucky home" (pour quelqu'un né à Pittsburgh!!), "Old black Joe" qui fut reprise en 1960 par le killer Jerry Lee Lewis.
Foster meurt en 1864 à l'âge de 38 ans dans un hôpital de New York, ivrogne et indigent. En effet, en vertu d'un accord tacite passé avec Christy, les chansons de Foster étaient sorties sous la signature de Christy, Foster étant d'abord embarrassé par les critiques et les préjugés négatifs que suscitaient les spectacles de ménestrels.

mercredi 2 septembre 2009

the Rockridge Brothers

The Rockridge Brothers - Rockridge Hollerin' "- Sound Pollution

On connaissait les Suédois pour leur accueil chaleureux de musiciens indésirables ou peu considérés chez eux (les jazzmen dans les années 60) et par leur rock efficace depuis (globalement!) la fin des années 80.
Voilà la seconde production de ce groupe après "Straight outta Rockridge" en 2003. Mais ici, pas de jazz, pas de rock and roll ou de métal death grind nocturnal etc... mais du bluegrass dans la forme traditionnelle.

L'essentiel de l'album est composé de reprises dont le choix est tout simplement excellent, que ce soit des Old Timers comme Henry Thomas ou Clarence Ashley ou des maîtres reconnus du style bluegrass tels que Charlie Monroe (frère de Bill et de Birch), le banjoïste virtuose Earl Scruggs sans oublier Bob Shelton (frère de Joe), plus proche du western swing ou du honky tonk à l'époque.
Car pour les Rockridge Brothers, le bluegrass est prépondérant et ils rendent à merveille ces vieilleries pour en faire un disque excellent, presque idéal pour faire découvrir un genre qui, s'il est daté et n'a connu qu'une bonne dizaine d'années de gloire et de renommée, n'en reste pas moins toujours prisé un peu partout dans le monde.

Sorti le 28/08/09

dimanche 30 août 2009

Menestrel



Les Origines
:

Au Moyen-Âge, le ménestrel, à l'instar du troubadour, du trouvère, est un poète, un musicien qui amuse la galerie, du pauvre serf au puissant noble.
Le terme traverse l'Atlantique pour renaître dans des spectacles baptisés black faces minstrels. Cette forme de divertissement scénique dans laquelle des hommes (et des femmes bien plus tardivement) se noircissaient le visage et les mains avec un bouchon de liège brûlé, tourne en ridicule les attitudes et le comportement des Noirs du Sud et interprète ce qui était présenté comme les chansons et la musique des Noirs. Cette tradition populaire connaît un essor dès les années 1840 et dominera le show-business américain jusqu'au début du 20ème siècle.
Mais il faut remonter presque un siècle en arrière en ce qui concerne la première représentation connue de cette tradition: Lewis Hallam, grimé en noir sous le nom de Mungo dans l'opéra comique "The Padlock" au John Street Theatre de New York le 29 mai 1769. Trente ans plus tard, Gottlieb Graupner, allemand de naissance, chante "The Gay Negroboy" le 30 décembre 1799 au Federal Street Theatre de Boston, singeant les noirs dans "Oroonoko" d'Ephra Behn.
Des artistes vont se faire un nom un peu plus tard, au début du 19ème siècle. Ce proto-blackface est joué sur scène par George Washington Dixon, Thomas Dartmouth (Daddy) Rice dans le cadre des canons institués par les théâtres anglais dits "illégitimes". Ce dernier, T.D. Rice, peut être considéré comme le précurseur qui synthétisera l'esprit blackface de l'époque. Né à New York en 1808, il est destiné à travailler dans la même branche que son père, gréeur de bateaux. Plutôt attiré par le théâtre, il gravira doucement les échelons pour se retrouver sur scène, apprenant en observant ses aînés, dont G.W. Dixon. T.D. Rice débute sa carrière blackface non pas à New York, où il est né, où il a appris les métiers du théâtre, mais les états du Sud où il tournait avec la troupe Noah Ludlow. Son interprétation de "Jim Crow", à partir de 1831-1932, fera de lui un homme riche, parcourant les théâtres du pays et même outre-Atlantique: il donnera de nombreuses représentations à Londres, ville où les Noirs étaient très peu nombreux et où il se mariera. Il meurt en 1860.

jeudi 20 août 2009

Kitty, Daisy & Lewis

Kitty, Daisy & Lewis - PIAS

Les enfants Durham ne font pas comme les autres. A leur âge (19 ans pour l'aînée) leurs copains et copines de classe s'éclatent en boite au son du two step garage (pour les meilleurs) ou de la dans (pour les ...!) alors qu'eux s'enquillent des bons vieux 45T de chez Sun Records.

Enregistré avec du matériel d'époque, magnéto à bande, micro à ruban, ampli à lampe, en prise directe naturellement cet album est surprenant d'authenticité car il rend hommage (et ressuscite) le rockabilly des 50's, le blues et une certaine forme de country.

2 morceaux originaux pour 8 reprises mais aucune faute de goût ou d'interprétation, chapeau!!

mercredi 19 août 2009

Cage the Elephant

Cage the Elephant - EMI Records

Leur popularité grandissante en Grande Bretagne est surtout due à des concerts incendiaires.
Le combo des frères Shultz (Matt et Brad) prouve sur cet album que le matériau qui leur sert à foutre le feu sur scène est d'une excellente facture, textes inspirés et ironiques, mélange des influences passées et présentes (les pisse-froid y verront de l'opportunisme suite au succès largement mérité -!!- des Arctic Monkeys).

Onze morceaux et pas une merde, c'est pas si fréquent, alors on applaudit des deux mains.

mardi 18 août 2009

The Obits

Rompant avec l'habitude prise de chroniquer des albums avant leur sortie commerciale (merci aux labels qui permettent à Radio FMR de diffuser ces disques), voici quelques disques dont on continuera à diffuser les morceaux bien après 2009.

The Obits - "I blame you" - Sub Pop

Une entrée en matière (Widow of my dreams) nous replonge dans un rock faussement new-age 80's. Le rentre-dedans "Pine on" convainc par son efficacité presque punk-rock et le reste est à l'avenant. Le traitement du son y est pour beaucoup, faussement négligé ou mal foutu avec ces duels de guitares placées à droite et à gauche des baffles comme au temps où il fallait indiquer à l'auditeur qu'il y avait plusieurs guitares sur le même morceau.
Le disque s'achève avec une excellente reprise (la seule de l'album) du "Milk Cow Blues" de Kokomo Arnold (1934) et le morceau lent mais sexuellement explicite "Back and Forth".

Fortement recommandé!!

lundi 17 août 2009

Les Paul

Pour n'importe quel amoureux de la musique moderne, que ce soit (putain! j'aime de moins en moins mettre des étiquettes sur les styles musicaux) le jazz, le blues, la country, le rock, ce nom représente une guitare électrique.
Mais Lester William Polfus, né le 9 juin 1916 à Waukeska, Wisconsin, aura fait bien plus pour la musique que d'avoir la satisfaction d'avoir son diminutif, Les Paul, gravé sur les Gibson, Fender ou Rigby.

A l'âge de 12 ans (en 1928 si mes calculs sont exacts) il met au point un système d'amplification pour sa guitare, fatigué d'essayer de se faire entendre des clients du fast-food dans lequel il joue. En intégrant un micro de gramophone au corps de sa guitare acoustique et celui d'un téléphone sous ses cordes, il branche le tout sur une poste de radio qui fait office d'amplificateur. Il invente donc la guitare électrique. Non pas qu'il fut tout seul dans cette invention de la guitare amplifiée mais ce sens de la démerde perdurera pour lui faire continuer à bricoler, perfectionner les guitares.
En 1940, il met au point une guitare électrique à corps entier, sans rosace: la Log. Des modèles dérivés suivront au fil des années pour arriver en 1952 à la fameuse Les Paul, fabriquée indifféremment par les marques citées plus haut.
Et non content d'oeuvrer pour l'avancée technologique de l'instrument guitare (c'est beau, on dirait du B.H.L.!), il va aussi préfigurer et tester les techniques d'enregistrement qui révolutionneront la musique: re-recording, magnétophone multipistes.

Mais le Géo Trouvetou de la guitare est également un instrumentiste hors pair. Dans les années 30, son trio est composé de Jim Atkins (le frangin de Chet) et d'Ernie Newton à la basse; lui-même ayant comme pseudo Rhubarb Red. Il jouera avec Lonnie Johnson, Django Reinhardt, Eddie Lang. Dans les années 40, il rallie Hollywood pour participer comme musicien (et comme technicien) aux enregistrements de Bing Crosby (top artiste des années 40 en termes de renommée et de ventes de disques), Nat "King" Cole ou encore les Andrew Sisters. Il se marie avec la chanteuse-guitariste Coleen Summers qui prend alors pour pseudo de scène Mary Ford (elle avait fait partie des orchestres de Gene Autry et Jimmy Wakely). Ils se produiront sur scène et enregistreront de nombreux disques jusqu'à un âge où d'autres passent soit la main soit l'arme à gauche.

Lester William s'est éteint à l'âge de 93 ans (si mes calculs sont exacts) vendredi 14 août 2009.

Et encore merci pour tout mon gars.

vendredi 14 août 2009

Emission du 15 août

Hellacopters: What'd ya do? (2002)
The Nomads: Primordial ooze (1991)
The Hives: Hate to say I told you so (2000)
The Blue Van: I want you (2005)
The Mooney Suzuki: I'm not talking (2002)
New Bomb Turks: Bolan's crash (1998)
Mike Ness: Don't think twice (1999)
Bob Dylan: Sittin' on the top of the world (1992)
The Rockridge Brothers: Coo Coo bird (sortie le 28/08/09)
Clarence Ashley: the Coo Coo bird (1929)
Big Brother & the Holding Company: Coo Coo
Slim & Slam: Laughing in rythm
Louis Jordan: Beans & Cornbread (1949)
Louis Jordan: Blue light boogie (1950)
Louis Jordan: If you're so smart, howcome you ain't rich (1951)
Professor Longhair: Whole lotta twistin'
Big Joe Turner: Bump Miss Suzie (1951)
Big Joe Turner: Rock me Mama (1941)
Big Joe Turner: My gal's a jockey (1946)
Big Joe Turner: Shake rattle & roll (1954)

vendredi 7 août 2009

Emission du 8 août

Led Zeppelin: How many more times (1968)
Jet: Take it or leave it (2003)
The Answer: Demon Eyes (2009)
The Blakes: Two times
John Mayall: When the devil starts crying (1995)
The Blues Breakers: Curly (1967)
John Mayall: Crawling up a hill (1964)
John Mayall's Blues Breakers & Eric Clapton: Steppin out (1966)
Alexis Korner's Blues Incorporated: I got my mojo working (1962)
Brian Setzer & Brian Wilson: Little Deuce Coupe
Four Seasons: Walk like a man
The Wailers: Wailin (1959)
Dick Dale & the Del-Tones: Hava Nagila (1963)
Man or Astroman: D.N.I. (1996)
Buddy Rich & his Orchestra: Route 66 (1946)
Charlie Parker & Dizzy Gillespie: Bloomdido (1950)
The Buddy Rich Big Band: Norwegian wood (1967)
The Buddy Rich Big Band: Keep the customer satisfied (1970)

jeudi 30 juillet 2009

Emission du 1er août

Pearl Jam: The Fixer (Backspacer, sortie le 21 septembre)
The Obits: Back and Forth
The Heavy: Sixteen
Credence Clearwater Revival: I put a spell on you (1968)
Sex and Dollars: You had a gun
Les Thugs: Fier de ne rien faire
Buzzcocks: Sixteen (1978)
Spizzenergi: Where's Captain Kirk (1979)
Jerry Lee Lewis: It all depends (on who will buy the wine)
Wally Dean: Drinkin wine, Spodee-O-dee
Betty Hall Jones: Buddy stay off the wine (1949)
Floyd Dixon: Wine Wine Wine
Mary Gauthier: I drink (2005)
Lonnie "The Cat": I aien't drunk (1980)
Sons of the Pionneers: Cigareets and Whuskey and Wild Wild Women (1947)
Fats Walker: I ain't got nobody (1937)
Emmet Miller: I ain't got nobody (1928)
Jelly Roll Morton: Wolverine Blues
Duke Ellington: Take the "A" train (1952)

vendredi 24 juillet 2009

Emission du 25 juillet

Monofocus: Degringo
Bob Dylan: Rainy Day Women
The Parlor Mob: Carnival of crows
Captain Beefheart: I'm glad
Cage the Elephant: Drones in the valley
Lost Communists: Oldies
The Chasers: Hey little girl
Morvels: Something raw
The Obits: Widow of my dreams
Ted Daffan: Born to lose
Benny Goodman Orchestra: The blue room (1938)
Lionel Hampton Orchestra: Anytime at all (1938)
Lionel Hampton Orchestra: Four or five times (1939)
Dinah Washington: Blowtop blues (1945)
Lionel Hampton Orchestra: Hamp's Boogie Woogie n°2 (1949)
Lionel Hampton: Flying home (1954)
Lionel Hampton: Pick a rib (1964)

[note de Mme Dusport: Joyeux Anniversaire Mr Monmari :D]

vendredi 17 juillet 2009

Emission du 18 juillet

The Parlor Mob: Bullet
Water Llillies: Girls (Nîmes)
Men Without Pants: Double life
Zac Laughed: Ladybird and Bob Dylan (16 ans)
Cage the Elephant: Tiny little robots
Akron Family: MBF
Graham Bond Organisation: Strut around (1965)
Lester Young & Teddy Wilson: All of me (1956)
Art Tatum: Blue Lou (1956)
Miles Davis: Round midnight (1956)
Art Pepper: Straight life (1957)
Duke Ellington & Johnny Hodges: Stompy Jones (1959)
Benny Carter: Blue Star (1961)
Stanley Clarke: Lopsy Lu (1974)

samedi 4 juillet 2009

Emission du 4 juillet

Future of the Left: Land of my formers (UK- ex-Mc Clusky)
Eko Animo: The Filtre (Lyon)
Fried Chicken & Gasoline: Lies
Cage the Elephant: James Brown
Living Things: Mercedes Marxist
Blow Monkeys: The world can wait
La Danse du Chien: Chevrotine
Davie Jones & the Kingbees: Louie Louie go home (Bowie - 1964)
Rod Stewart: I'm gonna move to the outskirts of town (1964)
Screamin Lordsuch: I'm a hog for you baby (1963)
Coasters: I'm a hog for you baby (1959)
Zoot Money: The Uncle Willie (1964)
Graham Bond Organisation: Strut around (1965)
Ken Colyers Skiffle Group: Downbound train (1956)
Miles Davis: Spanish key

vendredi 26 juin 2009

Emission du 27 juin

Cage the Elephant: In one eat (2009)
Sonic Youth: Walkin blue (2009)
Living Things: Brass Knuckles (2009)
The Obits: Pine on (2009)
Dapunksportif: I've been all over (Portugal - 2009)
Blues by Five: Boom Boom (1964) (J.L. Hooker)
The Animals: Boom Boom (1964) (J.L. Hooker)
Steve Aldo: Can I get a witness (1964)
Rolling Stones: Can I get a witness
Dave Berry: Don't gimme no lip child (1964)
Chris Farlowe: Treat her good (1965)
Graham Bond Organisation: Long tall shorty (1964)
Pretty Things: Get a buzz (1965)
Rod Stewart: Good morning little schoolgirl (1964)
Jeff Beck: Rock my plimsoul (1967)
Miles Davis: Darn that dream (1950)
Buck Clayton: All the cats join in (1956)
Stan Kenton: Artistry in blues (1957)

vendredi 29 mai 2009

Emission du 30 mai

Juste après ça:

Men Without Pants: Double life (2009)
John Spencer Blues Explosion: Burn it of (2004)
Sheraff: Blowin in the wind (2009) (Bob Dylan)
The Answer: Sweet emotion (2007) (Aerosmith)
The Obits: Milk cow blues (2009) (Kokomo Arnold)
Jarvis Cocker: Caucasian blues (sortie le 1er juin)
Les Thugs: Bulgarian blues (1987 - album "Electric Troubles")
Captain Beefheart & his Magic Band: Plastic Factory (1967 "Safe as milk")
Captain Beefheart: Big eyed beans from Venus (1972 "Clear Spot")
Everlast: Folsom Prison blues (2009) (Johnny Cash)
House of Pain: Jump around (1992)
Ice T: Our most requested record (1987)
Mos Def: Do it now (1999)
Dangermouse & JayZ: Helter Skelter (Dangermouse "Grey Album"- interdit par les ayant-droits des Beatles)
David Banner: Take you ... (2005 "Certified")

vendredi 22 mai 2009

Emission du 23 mai

The Obits: Pine on (Sub Pop 2009)
3 Bad Pigeons: ? (2009)
10 Rue de la Madeleine: La Belle Affaire (2009)
Be My Weapon: All were after ( David Freel (Swell) 2009)
Akron Family: Set em free (USA 2009)
Mudweiser: Missing in action (2009)
Jarvis Cocker: Further complications (2009)
Roxy Music: Both ends burning (1976)
Ben Harper & Relentless: Keep it together (2009)
The Parlor Mob: Real hard headed (2009)
Milton Brown & his Musical Brownies: Joe Turner blues
Chet Atkins: Frankie & Johnny
Dick McIntre & his Harmony Hawaiians: Hilo March
Roy Smeck: 12ht Street rag
Sol Hoopi & his Noveltytrio: Lepe ula ula

vendredi 15 mai 2009

Emission du 16 mai

Antiflag: No war without warriors (2009)
Obits: Milk cow blues (SubPop 2009 - Kokomo Arnold)
Binary Auto Misfits: Live to Texas (2009)
Akron Family: Creatures (2009)
Parson Brown: The line (2009)
The Parlor Mob: Carnival of Crows (2009)
Lynyrd Skynyrd: Poison Whiskey (1973)
Lynyrd Skynyrd: The ballad of Curtis Loew (1974)
Black Crowes: Hotel Illness (1992)
Johnnie Lee Wills: Milk cow blues (1949)
Bill Watkins: Red Cadillac
Pilt Down Five: '32 Ford
Woody Ball: Robin Hood and his '56 Ford
The Fender Benders: Drag Strip
Jeff Beck: Goodbye Pork Pie hat (1976)
C. Mingus: Wednesday night Prayer meeting
Art Pepper: Jazz me blues

dimanche 3 mai 2009

Jett Williams

Dans la catégorie "usurpatrice", voilà quelqu'un qui se pose là.
Née le 6 janvier 1953 de l'union hors mariage de Bobbie Jett avec Hank Williams (il avait signé une reconnaissance en paternité quatre jours avant son mariage avec Billie Jean le 19 octobre 1952) elle est adoptée sous le faux nom de Cathy Stone par la mère de Hank mais celle-ci meurt deux ans plus tard.
D'abord confiée à l'Etat d'Alambama, Jett est adoptée en 1956 par un couple habitant Mobile.

En 1980 elle apprend qui est son vrai père et entame une procédure judiciaire pour récupérer une partie de l'héritage, aidée par un avocat avec qui elle finira par se marier une fois l'argent récupéré.
Jett Williams exploite alors son nom en se produisant sur scène, elle est toujours en activité, d'ailleurs.

samedi 2 mai 2009

Emission du 2 mai

Sheraff: Blowin in the wind (sortie le 5 mai)
Men Without Pants: Double life
Stooges: TV Eye
The Rakes: That's the reason
Bob Dylan: One of us must know (sooner or later)
Santa Cruz: Before the rain
Lauter: Freedom is terror
The Parlor Mob: Angry young girl (sortie le 18 mai)
Kitty, Daisy & Lewis: Going up the country
Henry Thomas: Old country stomp (1928)
Dock Boggs: Country blues (1927)
Little Jimmy Dickens: Country Boy (1949)
Little Jimmy Dickens: Rock Me (1953)
Lavern Baker: I want to rock (1950)
Roy Brown: Good rockin tonight (1947)
Big Joe Turner: Rock me mama (1941)
Big Joe Turner: Shake, rattle & roll (1954)

jeudi 30 avril 2009

The Parlor Mob

The Parlor Mob "And you were a crow" - Roadrunner Records

Le revival rock sixties-seventies compte un nouveau fer de lance en provenance du New Jersey: the Parlor Mob. La photo de groupe au dos de la pochette vous replonge (pour les plus vieux) direct en ces temps où tous les musiciens se devaient d'arborer des cheveux longs, moutache et pose avachie. Mais fi des apparences, dès les premières mesures de "Hard Times", la messe est dite.

Pas un morceau faiblard sur cet album dont les références qui viennent à l'esprit sont Led Zeppelin pour la voix du chanteur Mark Melicia, Black Crowes pour l'influence rock sudiste.
Mais si les influences sont assumées, on reste scotché par l'originalité et la diversité des 12 morceaux du disque, 12 comme dans le temps où on ne pouvait pas caser 70 mn de fourre-tout foutraque parce-que les vinyls, c'était autre chose, ma bonne dame.

Bon, j'arrête de jouer au vieux con mais je persiste et signe, à vos bacs le 18 mai.
(de toute façon, j'assume ma connerie!)

vendredi 24 avril 2009

Emission du 25 avril

Carly Sings: You are travelling (sortie le 22 juin)
Twisted Wheel: You stole the sun
A Camp: Love have left the room (Nina Persson des Cardigans & Niklas Frisk d'Atomic Swing)
The Rakes: Shackleton
Mirah: The Forest
Sheraff: Blowin in the wind
The Parlor Mob: Everything you're breathing for
Joe Bonamassa: Story of a quarry man
Kitty, Daisy & Lewis: Buggin blues
Hank Williams Jr: I really like girls (1985)
Curtis Hoback: My Bonnie
Bo Diddley: Pretty Thing
Betsy Gay: Hound dog (1953)
Little Richard: Land of a thousand dances (1966)
Grandmaster Flash: Swagger (2009)
Grandmaster Flash: New York, New York (1983)
Grandmaster Flash: We speak hip hop (2009)

jeudi 16 avril 2009

Emission du 18 avril

Men Without Pants: And the girls go
Aeroflot: Desert fuck fuck
Fu Manchu: Shake it loose
Ministry: Radar love
The Answer: No question asked
The Parlor Mob: Hard Times
Murder One: Whole lotta Rosie
Everlast: Folsom Prison blues
Jehro: All along the watchtower
Joe Bonamassa: Jockey full of bourbon
Franck Tortiller & l'Orchestre National de Jazz: The Rain Song
Lena Horne & Gabor Szabo: Yesterday when I was young
Tony Williams: Black bird

dimanche 12 avril 2009

Hank Williams Junior

Quand dans la nuit du 31 décembre 1952, on retrouve Hank Williams mort sur la banquette arrière de sa Cadillac, une légende va naître, entretenue par ceux qui l'ont côtoyé, celles qui ont partagé une nuit ou plus si affinités.

De son premier mariage avec Audrey Mae Shepard naîtra un fils, Randall Hank Williams, surnommé Bocephus par son père, du nom de la marionnette d'un ventriloque. Il n'a pas 4 ans à la mort de son père qu'il a plus entrevu, celui-ci étant fréquemment sur la route pour ses concerts et ses tournées. Sa mère divorce une seconde fois d'Hank en mai 1952 (la première fois en 1948) mais celui-ci se remarie en octobre avec Billie Jean Jones, mariage qui sera par ailleurs "rejoué" le lendemain du premier pour satisfaire les fans qui vont payer pour assister à l'union du couple. 14000 personnes assisteront à la seconde cérémonie. Quelques jours plus tôt, Hank signe une reconnaissance en paternité à Bobbie Jett dont la fille, Antha Belle Jett, naîtra le 6 janvier 1953 (6 jours après la mort de Hank).

Audrey Mae exploite alors le filon en intégrant son fils à la "Caravan of Stars", alors qu'il n'a que huit ans. Il se produit au Grand Ole Opry, signe en 1963 avec MGM, reprend les chansons de son père et se fait une place dans les charts country et pop.
La légende continue de plus belle avec le film biographique "Your Cheating Heart" où George Hamilton interprète le rôle de son père, Randall, âgé de 14 ans, chantant à la place de son père dans la B.O. du film. Mais l'adolescence est l'âge du refus, et Randall veut prouver qu'il n'est pas qu'un fils de...
En 1966 sort "Standing in the shadow" par Rockin Randall & the Cheating Hearts. Il sortira encore d'autres albums sous le nom Luke the Drifter Jr, pseudo utilisé par son père pour sortir des disques sur différents labels., accompagné par les musiciens qui jouaient avec son père, les "Drifting Cowboys".

La rébellion de Randall se confirme fin des années 60 début des années 70 de par son refus de jouer le jeu de Nashville (Hank Williams a toujours été mal vu là-bas) et il sombre peu à peu dans l'alcool et diverses drogues.
Le ton de sa musique vire au rock sudiste: "Hank Williams Jr & Friends" est enregistré en 1975 avec Charlie Daniels, Chick Leavell des Allman Brothers et Toy Caldwell du Marshall Tucker Band. La tournée qui suit marche bien mais Randall est victime d'un accident de voiture assez grave qui le laissera partiellement défiguré. On ne le verra plus alors qu'avec barbe, lunettes noires et chapeau en toutes circonstances, ou presque.
Dans les années 80, il enregistre différents album avec Ray Charles, John Lee Hooker, Willie Nelson, Tom Petty et d'autres.
La technologie aidant, le disque "There's a tear in my bear" réunira le père et le fils pour un duo.

Son site officiel.

vendredi 10 avril 2009

Emission du 11 avril

Men Without Pants: Double life
The Parlor Mob: Can't keep no good boy down
Aeroflot: Lost en la cocina
Aeroflot: Fur Zimmer
Stony Broke: Let me go
Keith: Welcome to my fairground
The Decemberists: A bower scene
Dentelles Nerveuses: Washing machine blues
Bob Dylan: With God on our side
Hank Williams: Jesus Remembered me
Hank Williams: I saw the light
Merle Travis: I am a pilgrim
Rex Allen: Crying in the chapel
Rosetta Tharpe: God don't like it
Sam Cooke & the Soul Stirrers: He's my rock (wait on Jesus)
E. Presley, J.L. Lewis, C. Perkins: Just a little talk with Jesus
E. Presley, J.L. Lewis, C. Perkins: Walk that lonesome valley
(The Million Dollar Quartet)

dimanche 5 avril 2009

Hank Williams (6ème partie)

Men with broken heart (Williams, 51)

L'année 1951 va ressembler à la précédente avec ses sessions d'enregistrements, ses tournées, ses passages radio et ses apparitions au Grand Ole Opry.
Mais comme on ne change pas comme ça du jour au lendemain, les mêmes travers, même minorés, verront Fred Rose perdre patience après son éviction de l'Opry en août 1952 (devinez pourquoi), le départ des membres de son groupe qui iront travailler avec Ray Price et son deuxième divorce (celui-là pour de bon) d'avec Audrey en mai 1952.
Ces deux années verront sortir des morceaux tels que "I can't help it", "Hey good lookin" (dont la version de Johnny Cash est une vraie merde) ou encore "Crazy Heart" et le "Half as much" de Curley Williams dont la version ultérieure de Rosemary Clooney (la tata de George) montera à la 2ème place des charts pop.
Hank se remarie le 16 octobre 1952 avec Billy Jean Jones.
Dans la soirée, ou la nuit (le mystère reste entier) du passage de 52 à 53, Hank Williams est retrouvé mort à l'arrière de la Cadillac conduite par un jeune fan de 18 ans, Charles Carr, qui l'emmenait à Canton, Ohio, pour un show. Une bouteille de whisky traine sur le siège arrière à côté de lui.
La cause exacte de sa mort, crise cardiaque, étouffement (vomissures) ou overdose ne sera jamais connue.

A 29 ans, Hank Williams, qui a tout le temps été de santé fragile, meurt de ses excès d'alcool, de drogues (un "médecin" lui fournit des produits pour soigner son dos mais en profite pour le rendre dépendant). Pourtant, cette vie dans l'air du temps d'alors (au sortir de la guerre, le taux d'alcoolisme et de suicides est le plus élevé enregistré aux Etats Unis) et surtout sa production feront de lui une vraie superstar, à l'exemple de son mariage avec Billie Jean recommencé le lendemain pour les nombreux fans qui n'avaient pu assiter au premier.
Pas mal du tout pour un type qui ne savait ni lire ni écrire la musique.

Sources:
A. Komororowski: Livret coffret Proper Records
G. Herzhaft et Jacques Bremond: Guide de la country music et du folk.

Biographies conseillées par ces auteurs:
"Your cheatin heart" de Chet Flippo
"Hank Williams: the biography" de Colin Escott

vendredi 3 avril 2009

Emission du 4 avril

The Taikonauts: Journey to the stars (au Saint de Seins le 25 mai)
Dick Dale & his Del-Tones: Cotton picking
The Champs: Chariot rock
Joseph Leon: San Francisco Bay (sorti le 26 mars)
Men Without Pants: Double fire (sortie le 6 avril)
The Asteroids Galaxy Tour: Satellite (sortie le 18 mai)
Clare & the Reasons: Everybody wants to rule the world
St Augustine: Rainy Country (Kutu Folk Records)
Leopold Skin: Flowers and Trees (Kutu Folk Records)
The Delano Orchestra: Until I die (Kutu Folk Records)
The Parlor Mob: Everything you're breathing for (sortie le 18 mai)
Izia: The Train
Marko: Revenir en arrière
Groovythingz: le blues nucléaire
The Parlor Mob: the Kids
Men Without Pants: And the girls go
Black Bomb A: Burning road

mardi 31 mars 2009

Vetiver

Vetiver - "Tight Knit" - Bella Union

Quatuor mixte (mâle-femelle) originaire de la région de San Francisco, oeuvrant depuis près de quatre ans, Vetiver sort un album excellent: "Tight Knit".
Mais si l'appellation "folk" en fait tiquer beaucoup (musique chiante, tempo mou du genou, textes baba-cools) Vetiver contribue à rendre cette musique captivante et variée. Aperçus en première partie de la tournée européenne de Devandra Banhart, ils confirment leur talent grâce à "Tight Knit", album gorgé de petites perles telles que "Sister", "Another reason to go", "On the other side" ou encore l'hypnotique "Strictly Rule".

dimanche 29 mars 2009

Hank Williams (5ème partie)

Lovesick blues (Mills Friend 1922)

Sorti le 11 février 1949 avec "Never again", une chanson enregistrée alors sur le label Sterling, "Lovesick blues" atteint la première place des charts le 7 mai et y reste 16 semaines, puis se maintient encore dans le classement pendant 42 semaines.
Randall Hank, fils de Hank Williams, naît le 26 mai, mettant fin à la procédure de divorce intentée par Audrey. "Never Again" atteint la 6ème place du Billboard, "Wedding Bells" couplé avec "I've just told Mama goodbye" grimpe à la 2ème place et "Mansion on the hill" la 12ème. Cerise sur le gâteau, les vieux intégristes de l'Ole Opry acceptent enfin de laisser Hank se produire sur leurs planches, succès de "Lovesick blues" oblige.
Le 11 juin, Williams chante son tube "Lovesick blues" puis règle ses comptes avec les badernes qui ne voulaient pas de lui quelques années plus tôt en leur assénant "Mind your own business" la même soirée. Pour l'occasion, et quelques émissions suivantes, il est accompagné par le groupe maison, mais va réunir à nouveau ses Drifting Cowboys pour jouer à la mi-juillet à l'Opry.
En août, nouvelle séance d'enregistrement à Cincinnati pour quatre morceaux: "I'm so lonesome I could cry" couplé avec "My bucket's got a hole in it" et "I just don't like this kind of living" avec "A house without love". C'est dans le morceau "My bucket..." écrit par Clarence Williams en 1923 (aucun lien de parenté) et tube pour T. Texas Tyler deux ans plus tôt que Hank délivre le seul solo de guitare enregistré de toute sa carrière. Jusqu'à la fin de l'année, Hank tournera au Canada et en Europe pour les G.I's des bases américaines.

L'année 1950 est celle des enregistrements à Nashville au Castle Rock Studio avec de titres aussi joyeux que "Long gone lonesome blues", "Too many parties and too many pals", "The Funeral", "My son calls another man daddy" ou "Cold cold heart", écrit après l'admission à l'hôpital d'Audrey suite à un avortement à la maison qui s'est mal passé.

vendredi 27 mars 2009

Emission du 28 mars

Shane Cough: Into to breach (Rennes, sorti le 9 mars)
Diving with Andy: You don't have to cry (sortie le 6 avril)
Rachel Unthank & the Winterset: Blue bleezing blind drunk
The Riffles: Sometimes (GB - sortie le 21 avril)
Pete Doherty: Now love grows on trees
Gaspard Lanuit: Johnny Depp (sortie le 27 avril)
Chairlift: Garbage (US - sortie le 18 mai)
Big Mama: Sheena is a punk rocker ((sortie 20 avril)
Las Brujas: Sheena is a punk rocker (Esp)
Million Dollar Reload: Living in the city (Irlande - sortie le 17 avril)
Bob & Lisa: 90 miles (sortie le 17 mars)
Stony Brokes: Keep it (Montpellier)
The Parlor Mob: Dead wrong (US - sortie le 18 mai)
Jacques Duvall: Comme le font les femmes ("Just like a woman", Dylan - sortie le 18 avril)
The Who: My Generation

mardi 24 mars 2009

Aeroflot

Aeroflot - "Disco Negro"

Back to the eighties!! Le "Disco Negro" d'Aeroflot vous donne une bonne baffe dans la gueule dès le titre d'intro "Volcano" avec son orgue estampillée Dave Greenfield, sauvagement griffée par une guitare brutale et nerveuse. Ca se calme un peu sur les morceaux "Pitbull of the pantleg", "Tua Svora" et "Sorry" dont les riffs dissonants pourraient paraitre dispensables mais très écoutables quand même.
Retour aux choses sérieuses avec "Europanties", "Desert Fuck Fuck", "Brazo cortado" et "Be my wife" dont l'énergie confirme qu'Aeroflot, chantant aussi bien en anglais qu'en espagnol, n'est pas le groupe d'un seul bon morceau par album. "Lost en la cocina" et "Fur Zimmer" sont des instrumentaux, le premier ayant des réminiscences country folk alors que le deuxième, qui clot l'album, s'envole dans un délire psychédélique high energy.
Chaudement recommandé.

ps: Dave Greenfield est le clavier des Stranglers, obscur groupe des années 70-80, toujours en activité.

dimanche 22 mars 2009

Hank Williams (4ème partie)

"I saw the light" (Williams, 1947)

Williams entre en studio pour enregistrer "Move it on over" avec les Drifting Cowboys dont c'est la première séance en studio mais Rose se rend compte des limites du groupe et fait réenregistrer Hank avec des musiciens confirmés. Le titre montera à la quatrième place du Billboard et Hank gagne pour la première fois quelques milliers de dollars.
D'autres sessions vont suivre jusqu'à ce que le premier désaccord entre Hank et Fred Rose s'amorce car Hank veut qu'Audrey, qui partageait la scène avec Hank et les Drifting Cowboys (au grand désespoir de ceux-ci) enregistre en duo avec lui.
Malgré ce petit accroc, Rose ne fit aucune faveur à Audrey, Hank sortit "Rootie Tootie" , "I'm a long gone daddy" (6ème place dans les charts), "Honky Tonkin" (14ème place) en 1948.
Côté privé, c'est la catastrophe: Audrey demande le divorce en avril 48.

Fred Rose, qui avait aussi taquiné la bouteille avant de devenir "Christian Scientist", demande à Williams de se calmer avec l'alcool, les coups de téléphone en pleine nuit complètement bourré et les demandes continuelles d'avance d'argent. Les choses s'arrangent quand Rose parvient à faire jouer Hank dans l'émission de radio "Louisiana Hayride" tout en le faisant quitter son point d'attache, Montgomery, pour s'installer à Shreveport, Louisiane, où il se remet en ménage avec Audrey, celle-ci découvrant qu'elle est enceinte.
Hank va se produire plusieurs fois dans cette émission qui a débuté en avril et qui veut concurrencer la référence en la matière: le Grand Ole Opry. Un petit garçon de 13 ans écoutait religieusement cette émission tous les samedis soirs et ajouta à sa liste de plus grands chanteurs de tous les temps Hank Williams (les autres étaient Al Jolson et Jimmie Rodgers). Quelques fois, Hank se faisait virer du programme par le responsable du show car trop bourré, mais revenait toujours, au plus grand bonheur du petit Jerry Lee Lewis, 13 ans.

Rétrospectivement, cette période en Louisiane sera, avec son année chez ses cousins, la meilleure de sa vie.

Retour en studio fin 48 pour mettre en boite plusieurs duos Hank-Audrey: "Lost on the River" et "I heard mother praying for me" ansi que " There'll be no teardrops tonight" et "Lovesick blues", une chanson que Rose détestait et que Hank avait soi-disant achetée à Rex Griffin, autre artiste tombé dans l'oubli à cause de l'alcool. Il s'avèrera que Griffin s'était injustement accordé les crédits de cette chanson écrite en 1922 par Irving Mills et Cliff Friend et enregistrée en 1925 par Emmett Miller.